Les meilleurs joueurs français de NBA

Depuis 2007, sept des neuf repêchages de la NBA ont comporté au moins un joueur de race française sélectionné au premier tour. Bien que la plupart n’aient pas exactement mis le feu à la ligue, certains sont devenus des partants majeurs et beaucoup sont visibles. Des vétérans aguerris aux espoirs en herbe, voici les meilleurs joueurs français de NBA.

Tony Parker, « La torpille parisienne »

Meneur, Spurs de San Antonio

Au début de la saison, beaucoup se sont demandé si Tony Parker, 34 ans, pouvait toujours assumer les responsabilités de leadership des Spurs. Ajoutez à cela la retraite de la star de longue date Tim Duncan , et tous les regards étaient tournés vers Parker pour intensifier son jeu. C’est exactement ce qu’il a fait jusqu’à présent, en utilisant son expérience pour faciliter l’attaque et créer des opportunités pour ses coéquipiers. Son coéquipier Manu Ginobili a cité Parker comme l’une des principales raisons du record de 11-3 des Spurs, affirmant « nous avons besoin de lui sur le terrain, et surtout en ce moment où nous construisons ».

Rudy Gobert, « La tour étouffante »

Centre, Utah Jazz

Rudy Gobert pourrait bien être le nouveau visage du basket français. Après avoir établi des sommets en carrière pour les blocs moyens (2,2) et les rebonds (11) par match la saison dernière, Gobert a signé un énorme contrat avec les Utah Jazz et a continué à faire ses preuves cette saison. Il est cinquième de la NBA avec 2,17 tirs bloqués par match et le Jazz est quatrième de la ligue au classement défensif lorsque Gobert joue.

Kevin Séraphin, « Bête »

Petit attaquant, Indiana Pacers

Le swingman guyanais a signé avec les Indiana Pacers cette année, tentant de relancer une carrière en sommeil après une saison perdue à New York. En tant que centre de la troisième corde des Pacers, le rôle de Seraphin a été de sortir du banc, de faire des jeux d’agitation et de mettre le feu à ses coéquipiers. Malgré un temps de jeu limité, il a gagné le respect de ses coéquipiers et entraîneurs grâce à son éthique de travail et son attitude positive. Surnommé « Beast » pour son énergie, son coéquipier Myles Turner a déclaré que Seraphin est « comme une boule de bowling, renversant des quilles, écartant tout le monde ».

Nicolas Batum, « Batman »

Petit attaquant, Charlotte Hornets

Bien qu’il ne soit peut-être pas le joueur le plus flashy, le dégingandé Nic Batum est peut-être l’export français le plus sous-estimé. Depuis qu’il a rejoint les Charlotte Hornets la saison dernière, Batum est devenu l’un des joueurs les plus importants de l’équipe en raison de ses tirs extérieurs, de ses passes et de sa défense. Sa présence défensive a libéré le meneur Kemba Walker, l’aidant à devenir l’une des stars de la ligue. Batum s’est fixé un objectif personnel cette saison pour faire entrer Walker dans le match des étoiles.

Evan Fournier, « Jamais Google »

Garde de tir, Orlando Magic

À 24 ans, le gardien florissant Evan Fournier est la clé du Magic d’Orlando. Il est le joueur le mieux payé de l’équipe et le gardien de tir partant, mais le Magic a commencé l’année lentement. Ils occupent la 10 e place de leur conférence et les difficultés de score de Fournier sont en grande partie à blâmer. « Il semble que la jante devient de plus en plus petite nuit après nuit », a récemment déclaré Fournier. « Il va falloir du temps pour être en confiance avec notre attaque.

Boris Diaw, « Le magicien français »

Ailier puissant, Utah Jazz

L’attaquant vétéran Boris Diaw a dû faire face à une bataille difficile depuis qu’il a rejoint l’Utah Jazz. Il a raté huit matchs en novembre avec une contusion à la jambe droite, et selon la vraie statistique plus-moins d’ ESPN , qui isole l’impact d’un joueur sur son équipe, Diaw se classe parmi les pires grands hommes de la ligue cette saison. S’il peut rester en bonne santé, cependant, Diaw pourrait encore faire une différence pour sa nouvelle équipe. « Il essaie de revenir et il est encore un peu coincé, a déclaré l’entraîneur Quin Snyder.

Alexis Ajinca, « La Tour Eiffel »

Centre, Pélicans de la Nouvelle-Orléans

Le grand homme des Pélicans de la Nouvelle-Orléans a fait des vagues cette saison morte, s’entraînant d’abord avec un entraîneur d’athlétisme, puis faisant une prédiction audacieuse qu’il prendrait le rôle de centre de départ d’ ici le premier match. Malheureusement, Ajinca s’est retrouvé au centre de la 3e corde de l’équipe le jour de l’ouverture, et une blessure à l’épaule qui a suivi a entravé ses capacités. Il n’a en moyenne que 3,9 points et 3,7 rebonds par match.

Joakim Noah, « Le Noble »

Centre, New York Knicks

Après avoir signé un contrat coûteux de 4 ans avec les Knicks de New York cette saison, Joakim Noah a commencé la saison en tant que centre de départ de l’équipe. Maintenant, il n’a en moyenne que 4,3 points par match, et l’émergence de Kristaps Porzingis, 21 ans, a alimenté la question de savoir si Noah mérite une place chez les Knicks . Évaluant sa performance, Noah a déclaré: «Certaines nuits, ce sera ma nuit, parfois non. En fin de compte, je dois juste être cohérent dans mes efforts et être cohérent et essayer d’apporter quelque chose de positif à cette équipe. »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *